22 septembre 2016

Histoire de timming

Fig 1. Vroum vroum

Hier j'étais une nouvelle fois entrain de conduire en souriant niaisement (j'ai choqué plus d'un parisien, ils ont vraiment pas l'habitude qu'on leur cède la priorité avec une tête de bienheureux ou qu'on ne leur fasse pas un fuck quand ils nous offrent une jolie queue de poisson) quand j'ai soudain réaliser que cette rupture était vraiment arrivée au meilleur moment dans ma vie.

Ok, j'avoue, c'est complètement en contradiction avec ce que j'avais pu écrire ou encore et un peu partout les premières semaines, mais maintenant avec le recul j'arrive à être un peu plus clairvoyante.

Fig 2. Je sais enfin ce que je veux dans la vie
J'ai 26 ans (ok, il paraît qu'eux aussi vont me larguer dans quelques jours mais je suis plus à ça près), c'est suffisamment jeune pour que mon horloge biologique me laisse encore tranquille quelques années, et suffisamment âgé pour savoir ce que je veux (et surtout ce que je ne veux pas).

J'ai pas à gérer les problèmes de garde d'enfants (celle du chat c'est déjà bien assez de tracas!), pas besoin de prendre d'avocat pour la rupture (un simple passage à la poste et c'est dans la poche), ni de m'arracher les cheveux pour revendre l'appartement (juste à se supporter encore un peu le temps de récupérer la caution).

J'ai certes passé la matinée à faire les 8000 formalités de changement d'adresse et de situation "personnelle" ou "familiale" mais le ratio 1 matinée/ 7 ans de vie commune c'est plutôt bien payé finalement.

Je vais pas dire que cette séparation c'était une promenade de santé ou que si c'était à refaire je prendrai la nouvelle avec enthousiasme et optimisme. Mais maintenant que le gros de l'orage est passé et que je commence à me projeter un peu plus loin je suis plutôt satisfaite de ce que je vois autours de moi.

Je pense que si j'avais eu à gérer tout ça il y'a quelques années (voire quelques mois) j'aurais mis beaucoup plus de temps à m'en remettre. Cette rupture est à arrivée au moment où j'étais enfin en paix avec moi-même. Je venais de reprendre mes études pour commencer ma spécialisation, de lourder mon boulot source de stress et de mal être depuis deux ans, de recommencer la musique et le sport. Dans un premier temps j'ai eu l'impression que la séparation me faisait repartir de zéro, et j'en voulais terriblement à mon ex de m'imposer ça au moment où je commençais à me sentir vraiment bien dans ma vie.

Mais finalement, c'est pas parce que je devais revoir les projets ilsvécurentheureux et eurentbeaucoupdenfants que j'allais perdre tout ce que j'avais construit à côté et qui ne concernait finalement que moi. Pour aller plus loin, je pense même que le fait de savoir où je veux aller humainement et professionnellement, les concessions que je suis prête à faire avec moi même et celles pour lesquelles c'est juste NO WAY, ça va beaucoup m'aider pour mes relations amoureuses.

Fig 3. La vie est dure

J'ai fini par réaliser que les deux derniers mois passés avec mon ex, j'avais beaucoup pris sur moi et toléré des choses que je n'aurais pas du, uniquement pour rester avec lui et essayer de sauver notre couple.

Dans une dizaine de jour j'aurais 27 ans, dix de plus que quand je me suis mise en couple. Aujourd'hui je sais que l'amour ne dure pas forcément toute la vie, qu'il faut faire beaucoup de concessions pour trouver un équilibre qui convienne à tous les deux (et qu'elles évoluent au long des années) mais je ne veux plus jamais compromettre mon équilibre et mon bonheur pour essayer de sauver les meubles (comment ça c'est la définition d'être amoureux?).

Fig 4. Any way
Je suis pas débile, je sais que je finirai par faire des choses stupides ("parce que je l'aimeeee putain personne peut compreeeeeeeendre"), je ferai des erreurs, je souffrirai, je ferai souffrir [...].

Mais je sais pas j'ai l'impression qu'avec mon bagage, du haut de mes 26 ans, 11 mois et 20 jours, je suis un peu mieux armée pour affronter la vie et être heureuse qu'il y a 10 ans.

Et c'est cool.


2 commentaires:

Frau Pruno a dit…

C'est bien que tu arrives à relativiser comme ça.
Moi aussi je me suis séparée de mon ex à 25 ans et j'ai rencontré mon mari un an plus tard :-)

Frau Pruno a dit…

C'est bien que tu arrives à relativiser comme ça.
Moi aussi je me suis séparée de mon ex à 25 ans et j'ai rencontré mon mari un an plus tard :-)

Enregistrer un commentaire

Dernières humeurs

Vous en voulez plus ?