19 août 2016

Les 5 points positifs de la rupture

Il y'a une dizaine de jour, mes amies se sont mis dans la tête d'essayer de me trouver des idées d'articles pour quand l'inspiration viendrait à manquer (ça arrive même aux meilleurs d'entre nous hein...). Et donc l'une d'elle m'a sorti, triomphante, que je devrais faire un article sur les bons côtés de la rupture.

Ma première réaction fut "No way!", la seconde "T'as craqué", la troisième "Non mais y'a pas de points positifs à une rupture que l'on subit, au mieux on trouve quelques consolations".

Bon du coup, je ne sais pas si j'écris plus cet article parce que j'ai changé d'avis ou parce que je suis en plein syndrome de la page blanche, le fait est que j'ai reconsidéré cette option et que je me lance aujourd'hui (sans savoir jusqu'où cela va me mener!) dans le TOP 5 des conséquences plutôt heureuses d'une séparation.


1) Tu peux être relou (sans qu'on t'en tienne rigueur)



Fig 1. Moi dans mes bons jours
Et si en plus t'as tes règles (et que tu le fais savoir en toute classe, mode "Mais où est ce que j'ai mis ce putaiiiiiin de tampon je l'avais à l'instant !!??!! Ah non pardon, il est déjà dans ma fouffe.."), là tu obtiens le permis maxi-relou-hystérique-ascendant-porte-de-prison.

Tu peux te permettre un retour en arrière à l'âge de 4 ans sans que personne n'y trouve à redire. Et quand finalement tu atteins le level maximum de la chiantitude et que tu finis par t'auto-soûler, personne n'accepte tes excuses ("Mais non, c'est bien normal, ça arrive à tout le monde d'hurler sur le serveur quand il te ramène un coca light à la place d'un coca zéro...").



2) Ta côte de popularité augmente



Fig 2. Le gif insupportable - je vous ai dit que j'étais relou ?
Dès que la nouvelle commence à se disperser auprès de ton entourage, tu reçois des messages ou des appels sympas d'amis ou de cousins éloignés qui viennent prendre de tes nouvelles ou te changer les idées.

Ton téléphone te fait la gueule car d'habitude le mois d'août c'est aussi sa période de congé, mais même quand ils sont au fin fond de l'indonésie en trail et sans réseau, les gens arrivent à t'envoyer une mouette voyageuse pour te montrer qu'ils pensent à toi. Un mec perdu, dix amis retrouvés.




3) Tu dors bien



Fig 3. Sinon vous savez ce qu'il vous reste à faire
Surtout si ton mec a la bonne idée de te plaquer en période caniculaire ou que tu es médaille d'or dans la discipline de l'enroulage de couverture. Tu vas vite te rendre compte qu'il n'y a pas que 2 ou 3 positions possible dans un lit, mais que toutes les diagonales sont envisageables. Si tu as trop chaud, pas besoin de retourner ton coussin, tu as un deuxième oreiller tout frais qui n'attends que toi.

Si tu es insomniaque, tu n'as pas à supporter la respiration ulcérante d'un conjoint qui dort comme un bébé à tes côtés (quand il ne ronfle pas). Et aucun risque de se faire surprendre par un réveil mal réglé autre que le tien à 7h du mat un dimanche matin.

4) Ton temps libre est multiplié par 2 (ou 3, ou 4, selon la règle de la dé-fusion)



Fig 4. On a aussi le nez en commun
Tu n'avais pourtant pas l'impression de passer ta vie avec lui mais tu te rends vite compte que tous ces projets couture/album photo/musique/marathon de série que tu repoussais depuis si longtemps, ben finalement tu as largement le temps de les faire.  J'aurais jamais eu autant de temps à consacrer à mon blog si j'étais encore en couple.

D'ailleurs, on est bien d'accord, personne ne lit les blogs de couple ? C'est insupportable de voir des gens qui s'aiment et qui sont heureux et qui n'ont jamais de cernes malgré les batailles nocturnes de couette et d'oreillers. D'ailleurs où ils trouvent le moment pour s'occuper de leur blog ?

5) Tu es maître de tes choix



Fig 5. Moi qui entre à "Maison du monde"

Plus besoin de galérer 110 ans pour choisir une destination de vacances, un film au cinéma, un meuble chez ikea, un indien ou un burger. Plus besoin de compromis sur la taille du nouveau canapé ou sur l'épaisseur du papier toilette.

Plus besoin d'aller manger chez la belle mère ou d'avoir peur de le gêner quand tes parents investissent (oui c'est le terme!) l'appartement pour une semaine.

Bon quand tu es balance comme moi, c'était parfois pratique d'avoir quelqu'un pour trancher à ta place...


Mais il faut bien grandir un jour ou l'autre non ?




1 commentaires:

Tiffany Claude a dit…

J'ai adoré cet article ! Tu as raison sur toute la ligne ! (Tiffany, du forum ^^)

Enregistrer un commentaire

Dernières humeurs

Vous en voulez plus ?