26 juillet 2016

Avancer.


Je vais essayer de faire abstraction des dernières 24h qui ont été plus que calamiteuses et m'ont fait perdre 8 kilos de larmes et le double de dignité.

Dimanche, j'ai repris innocemment contact avec monsieur, j'ai cru que ça me ferait du bien, il a essayé de me convaincre de l'inverse, je l'ai pas cru, il a pas réussi à vraiment poser de limites, et j'ai lentement chaviré jusqu'à ce soir.

J'ai pensé que ça m'aiderait de savoir qu'il était toujours aussi gentil, qu'il tenait toujours à moi. Je l'ai forcé à prendre soin de moi en le culpabilisant, il est pas entré dans mon jeu mais il n'a pas réussi à y couper court non plus. Ce soir je l'ai regardé par la fenêtre s'éloigner de l'appartement pour le garder encore un peu près de moi. Puis il a tourné au bout de la rue sans même se retourner et j'ai compris que c'était fini.

En reprenant contact avec lui je suis retombée dans cette dépendance affective dont j'essayais de me défaire depuis 10 jours. Je pensais gérer et être dans mon bon droit mais ce soir je dois admettre que c'est lui qui avait raison. L'absence est déchirante mais elle est nécessaire pour se reconstruire soi-même et déconstruire son couple. Il faut arrêter de se bercer d'illusions et de tendresse. Une rupture c'est froid, brutal et déprimant.


"Adieu à toi, tout simplement, puisqu'il faut te le dire. Adieu à moi maintenant, puisqu'il faut en rire." 


Fig 1. Eternel Sunshine of the Spotless Mind

Deux mots.

2 commentaires:

Lectorinette a dit…

« L'absence est déchirante mais elle est nécessaire pour se reconstruire soi-même et déconstruire son couple. Il faut arrêter de se bercer d'illusions et de tendresse. Une rupture c'est froid, brutal et déprimant. » Ces mots ... Bon, je vais peut-être arrêter de commenter TOUS tes articles non ^^ ?

Leah Pearl a dit…

non! continue <3 courage Tiff !!

Enregistrer un commentaire

Dernières humeurs

Vous en voulez plus ?